Le GPS Rôliste ou Grimoire Pour la Survie du Rôliste

Un Grimoire pour les rassembler tous et dans le jeu de rôle les lier!

Venez nous rejoindre dans ce noble projet pour rendre accessible les jeux de rôles à tous!

Le GPS roliste qu’est-ce que c’est?
Il s’agit du recensement de toutes les entités à potentiel rôliste (Associations / Clubs / Boutiques / Bar à jeux etc) de France qui touchent au monde ludique (jeu de rôle / jeu de plateau / figurine / jeu de cartes / GN) dans une base de données afin de partager largement et gratuitement ces informations avec tout le monde. Afin chacun où qu’il se trouve puisse trouver un lieu de jeu et des joueurs

En quoi consiste le travail de recensement ?
Un premier travail consiste à recenser dans un fichier Excel, département par département, toutes les entités (associations, clubs, boutique, bar à jeux …). Il s’agit d’une recherche rigoureuse de toutes les informations qui permettent d’identifier l’entité et ses activités, d’abord en appui d’ancienne bases de données, puis en recherche par mot-clés sur des instruments de recherche.

Vous voulez nous aider (pour un ou plusieurs départements) mais vous ne savez pas comment faire ?
Pas de soucis! Nous avons créé un salon discord qui contient le fichier vierge à remplir et la procédure de « comment faire la recherche » pour vous guider. Vous pouvez également échanger avec nous, nous sommes là pour vous épauler et répondre à vos questions 😉 .
Pour obtenir ce lien envoyez nous un mail à gpsroliste@gmail.com

Et une fois le recensement terminé?
Une fois ce recensement terminé, nous transformons ce fichier Excel pour importer les données dans la base de données de Kerlaft.com. Ainsi nous ouvrons l’accès à ces informations gratuitement à toutes les personnes à qui elles pourront être utiles.

Où en est le projet actuellement?
Le recensement de 34 départements est déjà terminé (sur 101). Un premier test de mise en ligne de ces départements a été réalisé sur Kerlaft.com en automne 2019. N’hésitez pas à aller jeter un coup d’œil 😉
http://kerlaft.com/gps-roliste-v2

Nous faisons avec les moyens du bord et continuons a nous améliorer au gré des aides et de vos participations au projet aussi si vous avez des compétences adéquates, de l’huile de coude et du temps, rejoignez nous!

Catégories: divers autour du jeu de rôle | Laisser un commentaire
 
 

Kerlaft le Rôliste et moi, le bilan, des news, des réflexions, des changements…

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas écrit de petit mot personnel ici.

Ayant de nouveau un ordinateur portable qui me redonne un peu d’indépendance d’écriture, j’en profite pour faire un point avec vous sur ma vie ainsi que celle de votre magicien rôliste préféré.

Par où commencer? Le site? Les 11 pages Facebook? Le GPS Roliste? La boutique Labokerlaft? Ma vie de rôliste? Mon combat pour le JDR? Mes écrits inachevés? Ma collection de JDR? Ma vie personnelle et familiale ou professionnelle? Les Crafts? Le tipeee? Les salons et conventions? Mon aide à la réalisation des rêves rôlistes? Ma santé?

Continuer la lecture »
Catégories: divers autour du jeu de rôle | 5 Commentaires

Les Terres de Matnak, retour sur un jeu en construction

Avec l’avènement du crowdfunding comme moyen de financer la production d’un jeu de rôle, on peut voire une explosion du nombre de projets et cela permet aussi aux débutants et aux petites maisons d’édition de tenter de publier facilement leur propre JDR. Cet article a pour but de présenter Les Terres de Matnak, un jeu en crowdfunding qui appartient aux catégories citées plus haut et qui a l’air très prometteur.

L’univers du jeu correspond à un contexte de science fantasy, selon les mots des auteurs, où la technologie avancée se mêle à la magie ancienne. Le monde a été ravagé par une série de cataclysmes, dont le plus terrible est l’Obwod, une maladie qui a fait muter une partie des humains en Changés, des monstres mi-hommes mi-animaux. Seule la cité de Matnak a permis à certains humains de ne pas être atteints par ce mal, grâce à la protection de ses murs et à une force secrète, les Éclaireurs. Les joueurs incarnent ces derniers, qui sont touchés par la maladie qui les rend plus fort grâce à la maîtrise de la zoomorphose, un pouvoir unique leur permettant d’adopter certaines caractéristiques animales.

Couverture du livret, édité par les Éditions Posidonia

Son concept m’a immédiatement rappelé celui du jeu Mutant: Year Zero de l’éditeur suédois Free League Publishing (qui a aussi publié Tales from the Loop) dans lequel on incarne un mutant protégeant une base du monde extérieur dans un monde post-apocalyptique et qui possède des pouvoirs qui facilitent l’accomplissement de ses diverses missions. Toutefois, la comparaison s’arrête ici, étant donné que le contexte diffère assez rapidement pour trouver sa propre personnalité et prend une tournure unique grâce à l’utilisation de mutations d’origine exclusivement animale.

Un livre, un univers, des règles

J’ai pu mettre la main sur le kit de découverte servant à la démonstration avant la sortie du jeu complet, qui me sert de référence pour l’écriture de cet article. Il est présenté sous la forme d’un livret d’une soixantaine de pages en couleur contenant une présentation de l’univers, les règles du jeu, un scénario d’introduction et des annexes.

Le contexte présenté reste assez sommaire. Il donne les grandes lignes, ce qui est suffisant pour permettre de mieux appréhender les bases de l’univers. Le livret passe ensuite aux règles du jeu, qui se veulent centrées sur l’aspect narratif en retirant les jets de dés au Maître du Jeu. Il s’inspire du système Powered By The Apocalypse, où les joueurs décrivent leurs actions qui se retranscrivent en manœuvres utilisées par leurs personnages, puis à leur faire lancer les dés dont le résultat sera comparé à des seuils qui déterminent l’évolution de la situation. Tout se joue avec des D8, qu’il s’agisse des actions de combat comme des dégâts infligés par les personnages. Ensuite, les résultats des dés orientent l’histoire : meilleure est la réussite, plus les personnages réussiront à influer sur leur environnement, et inversement. S’il s’agit d’une réussite claire, l’action avance dans le sens du personnage ; si la réussite est proche d’un échec, l’action du personnage réussira mais aura un contrecoup ; s’il s’agit d’un échec, l’histoire évolue comme le souhaite le MJ, toujours par le biais des manœuvres. Dans l’ensemble, cette version des règles me parait un peu rigide et sa description dans le livre semble trop prendre le spectateur par la main, bien que l’idée de réduire au minimum les dés du MJ soit plaisante.

Une partie des règles portent sur la zoomorphie, c’est-à-dire le déclenchement du pouvoir spécifique aux PJ, et les limites à ce pouvoir qui sont symbolisées par l’existence d’une jauge d’Intégrité. Elle se vide au fur et à mesure que les compétences spéciales du personnage sont utilisées et elle représente l’abandon du personnage vers son côté animal et vers la folie : cela rappelle à la fois une barre de mana dans les jeux vidéo classiques ainsi qu’une barre de santé mentale, comme on pourrait en trouver dans des jeux comme l’Appel de Cthulhu. La zoomorphie permet aux personnages de remplacer certaines parties de leur corps par celles d’un animal de leur choix (comme des cornes, des griffes, des yeux, une queue…), ce qui leur permet d’être polyvalents sur le terrain et de pouvoir répondre à leurs divers besoins en jeu.

Puis vient le scénario. Celui qui est présenté dans l’ouvrage est divisé en événements qui peuvent être joués dans le désordre au choix du MJ, ce qui le rend très modulable, tout en conseillant aux débutants de suivre l’ordre dans lequel ils sont présentés. Il est complété d’annexes contenant des cartes ainsi que cinq fiches de personnages pré-tirées illustrées qui représentent quelques exemples des différents types de personnages que l’on pourra retrouver dans la version complète. Toutefois, l’une des remarques qui a été faite par mes joueurs est le manque de personnages féminins parmi les pré-tirés étant donné qu’il n’y en a qu’un seul sur le total des fiches.

L’ouvrage est d’ailleurs bien illustré, avec des dessins aux styles différents dans presque toutes les doubles-pages du livret, ce qui est plaisant. Cela reflète la volonté des auteurs de créer un livre qui dévoile son univers par l’image autant que par l’écrit.

Illustration de Mathieu Myskowski, dit « Mysko »

Si tous ces éléments sont intéressants, on trouve quelques défauts dans le ce kit, le plus souvent lié au fait qu’il s’agisse d’une version d’initiation. On trouve notamment plusieurs coquilles tout au long du texte, qui peuvent rendre la lecture plus difficile. Quelques paragraphes dans le corps du texte se répètent, et le livret ne contient aucune pagination. Certaines illustrations sont pixellisées. Ces points devraient disparaître lors de la publication finale, mais il vaut mieux les faire remarquer immédiatement.

Le jeu en conditions réelles

Pour appréhender les qualités réelles du jeu, j’ai choisi de faire jouer le scénario proposé à des amis ainsi qu’à des inconnus, pour en tester ses limites de différentes manières. Du côté des joueurs, le jeu a été bien accueilli et l’univers a totalement capté leur attention. De même, en tant que MJ, il a été assez agréable à maîtriser.

La présentation du jeu aux joueurs est en général un peu complexe car il y a beaucoup d’éléments à donner et le contexte est assez peu comparable avec d’autres œuvres. Le scénario se joue de manière très fluide, mais il vaut mieux préparer les transitions entre les différents événements proposés (qu’il faut évidemment connaître pour laisser libre cours à une part d’improvisation) à l’avance pour faciliter et éviter les ralentissements.

La plupart des qualités du jeu sont assez classiques, ce qui est un bon signe car il réussit dans les éléments de base. L’équilibre entre les interactions avec les PNJ et le combat est assez bien maintenu, et on ressent un vrai dépaysement qui rappelle un peu les contes en jouant au jeu. De plus, les mécaniques propres à ce jeu sont facilement exploitables dans tous les contextes possibles, par les joueurs qui n’hésitent pas à les utiliser à la fois pour les combats, l’exploration et pour les phases de roleplay, ce qui offre un champ de possibilité extrêmement vaste.

Je remarque quelques petits détails qui ont retenu mon attention au niveau de l’équilibrage des règles du jeu, qui sera peut-être modifié par les auteurs avant la sortie du jeu. On en trouve un avec la barre d’intégrité qui s’épuise assez lentement sur un seul scénario, surtout lorsque les joueurs utilisent correctement leurs pouvoirs et se répartissent les tâches. Cela a renforcé mon sentiment que ce jeu, comme Mutant, n’est pas prévu pour être pratiqué seulement en one-shot, mais qu’il est plus adapté à une campagne moyenne voire longue, surtout au regard des différents éléments de folklore de l’univers qui sont sous-entendus dans ce livret et qui a l’air extrêmement complet.

Par ailleurs, si l’utilisation de la zoomorphie ajoute un réel plus, il est dommage que les joueurs puissent choisir d’emprunter des caractéristiques de l’animal de leur choix, car ils n’ont pas de limites et résolvent un peu trop facilement les problèmes auxquels ils sont confrontés. J’en ai reparlé à la fin de la séance, certains auraient préféré être restreints à une catégorie d’animaux à laquelle appartient déjà le personnage.
L’autre souci est le jeu avec le D8, qui ne permet pas forcément de bien rendre compte de toutes les nuances au sein de l’histoire vécue par les personnages à cause de l’uniformité des dés, notamment au niveau des dégâts des armes.

Enfin, je constate qu’il m’a fallu un petit peu plus de 3 heures pour faire jouer les deux tiers de la totalité des événements du scénario (sans compter la demi-heure d’explication de l’univers et des règles), ce qui est correct. La modularité permet de raccourcir ou d’allonger facilement les séances selon les besoins, voire de la scinder en deux selon le style de chaque MJ. Ainsi, le jeu est assez simple à prendre en main et agréable à jouer, pour peu que l’on accepte de modifier légèrement les règles du jeu.

Illustration de Mysko, auteur du jeu

En conclusion

Comme on pouvait s’y attendre avec un kit prévu pour la démonstration, Les Terres de Matnak est réellement prometteur et se veut ambitieux, mais il est encore incomplet en l’état actuel. Il se démarque des autres grâce à l’univers qu’il propose et à ses particularités de gameplay (notamment la zoomorphose) mais il souffre de défauts qui pourraient être handicapants dans une version complète. Son potentiel reste mieux exploité en pleine séance, lorsqu’un MJ s’approprie les règles, car le jeu est réellement divertissant.

Mon avis global est mitigé pour l’instant, notamment à cause du manque d’éléments permettant de juger correctement les qualités et défauts du jeu. Il me tarde d’obtenir la version finale du livre pour en profiter totalement, qui devrait pouvoir répondre à toutes mes interrogations en dévoilant un univers riche et complexe soutenu par un système de règle et de création de personnage suffisamment faciles pour être compris de tous. Reste à voir si les auteurs arrivent à leurs fins.

Le jeu est encore en late pledge, à cette adresse. Le kit de découverte est disponible ici.

Silver

Catégories: présentation de jeux de rôle | Tags: , , , , | Laisser un commentaire

Goblin qui s’en Dédit, le retour d’expérience

Tout d’abord, je tiens à remercier Kerlaft le Rôliste pour m’avoir fait découvrir ce jeu (ce qui donne déjà le ton pour la suite du texte ;-))

Goblin qui s’en Dédit (GqD), quoi qu’est-ce ?

Il s’agit d’un jeu de rôle où vous allez incarner un méchant. Mais pas un anti héros ou un gentil qui agir comme un méchant, non , un vrai MECHANT ! Votre « Livre du Compagnon » sera remplacé par le « Bestiaire monstrueux ». En effet, c’est ce genre de personnages que vous allez personnifier…

Mais il faut bien se rendre compte que GqD est un jeu parodique, ou du moins dans la veine des jeux du type Le Monde de Murphy.

Création de personnage et système de jeu

La création de personnage se fait en 1mn 23sec. Il suffit de lancer 1D20 et de se référer à une tabelle qui vous donnera la puissance de votre créature (son Palier, de 1 à 5). Chaque palier indique la valeur de Points de Vie (PV), de Points de Dégâts (PdD) et les éventuels Points de Chance (PC). Lancez ensuite 1D10 et distribuez le résultat entre vos PV et vos PdD. Définissez enfin le type de créature que vous voulez incarner selon le Palier obtenue et hop ! Plus qu’à jouer !

Cette création de personnage a été testée avec des amateurs, enfants et vieux routards (voire Les participants plus bas). Tout le monde s’est vraiment bien amusé à créer leurs personnage (car oui, dans GqD, vous risquer de mourir souvent !).

Pour les règles, les attaques se font en lançant 1d10 multiplié par deux et les défenses avec 1d20 multiplié par… 1… Si l’attaque est strictement supérieure, alors l’attaquant fait perdre autant de PV que son score en PdD. Rien de plus simple. Les armes et armures donnent des bonus aux tests respectifs. Ce système convient parfaitement à ce type de jeu, car l’écart entre les différents jets et tel, qu’il est presque impossible de savoir si vous allez réussir ou non votre attaque. Ainsi, un gobelin peut tout à fait infliger des dégâts à un Paladins ou alors, être tenu en échec par un bébé-crapaud-boiteux… Un must pour ce genre de jeu parodique.

Pour toutes les autres actions, vous allez lancer 1d100 et le MJ vous donnera la difficulté à dépasser. Comme il n’y a pas de compétences, cette difficulté est choisie par le MJ, selon le type de personnage que vous incarnez. Il en est de même pour la magie, avec la règle supplémentaire qu’incanter un sort demande de passer un tour, durant lequel le lanceur est totalement vulnérable.

A la lecture du livre

Je reconnais qu’à la lecture des premières pages, le style gobelin/méchant ne m’a pas forcément emballé. Mais au fur et à mesure de la lecture, j’ai dû admettre que somme toute, l’ensemble est agréable à lire et les textes bien écrits. Les règles et la création de personnage, bien que simples, sont très clairement expliquées. Mention particulière aux illustrations qui sont tout à fait dans le ton du jeu. La quantité de ces dessins fait que l’on a parfois l’impression de lire une BD ou un roman graphique et cela convient parfaitement à ce type de jeu, le rendant encore plus original. J’ai particulièrement apprécié le fait que les illustrations aient été faites sur mesure et dépeignent exactement ce que décrit le texte.

Le seul élément qui m’a un peu moins plu est le nombre de PNJ’s décrits. Leurs historiques respectifs sont sympathiques et permettent d’avoir une vue d’ensemble sur l’univers du jeu, mais il y en a un peu trop et je reconnais que je ne les ai pas tous lus. Mais bon, se plaindre d’avoir trop de chose à lire dans un jeu de rôle est un peu la plainte du riche ;-).

Les participants

Rien de mieux que tester le jeu pour en faire une critique constructive. Du coup, ni une ni deux, après la lecture du livre de base, hop ! on convoque des potes (et la famille aussi) et on test.

Le groupe de 6 testeurs était composé de 3 amateurs (2 enfants et 1 adulte) n’ayant jamais fait de jeu de rôle et de 3 vétérans. Un groupe hétéroclite, mais où chacun a pu trouver sa place.

La séance

L’explication des règles et la création de personnage s’est faite en 15mn (le plus long a été d’expliquer la différence entre les d6, d10, d20 et d100. Tout le monde, grands et petits, ont aisément compris les règles. La feuille de personnage est très bien faite dans le sens où elle reprend les différentes étapes de création ce qui est excellent vu qu’on refait régulièrement un nouveau perso. Un petit changement dans les règles cependant, au niveau de la magie. Afin de ne pas casser le rythme pour les joueurs mages, je ne leur ai pas imposé de passer un tour de jeu pour l’incantation, par contre, en cas d’échec, ils subissaient des effets négatifs (ou différents de ce qu’ils attendaient).

Concernant le scénario, je n’ai pas utilisé ceux proposés dans le livre de base, mais en ai créé un de toute pièce. Les joueurs étaient envoyés par RIGOR MORTIS afin de remettre en état un donjon abandonné. Pour se faire, ils ont reçu une bourse contenant 10 pièces d’or. Dès l’introduction, les joueurs ont pu tester la création de personnages, certains ayant souhaité voyager en catapulte (échec, trois morts… après 2 mn de jeu). Je dois dire qu’à l’origine, je pensais que cela pouvait frustrer les joueurs de voir leur personnage mourir sur un bête lancer de dé. J’ai eu tort, cela a permis à tout le monde de bien anticiper le ton du jeu.

En 2 mots, les joueurs se sont retrouvés dans un donjon qu’ils ont dû explorer. J’ai choisi comme donjon un scénario en libre accès pour le jeu Dungeon World intitulé « Dans les galleries de Than ». Les lieux ont été adaptés en partant du point de vue que tous les pièges et ennemis sont désactivés/tués. Le rôle des PJ’s était d’améliorer leur donjon (à la Dungeon Keaper, pour ceux qui s’en souviennent) et d’affronter les vagues d’ennemis.

La séance a duré 3h30 et fut un véritable succès. Le système de jeu convient parfaitement à ce genre d’univers : complètement chaotique. Les joueurs ont galéré face à un groupe de paysans en raison de mauvais jets de dés, mais ont littéralement poutrés les garde du village grâce à un équipement correct et un peu plus de chance.

En résumé

Comme déjà dit, le système de jeu reflète très bien les personnages que l’on incarne. Il permet également de donner un réel intérêt à trouver de l’équipement. En effet, trouver une épée+2 est en soi un objet presque magique ! Mais fait également des jaloux. Il donne un réel avantage, mais sans pour autant rendre le détenteur invincible.

S’agissant des personnages, le fait de pouvoir choisir sa créature est aussi très rafraichissant. Il permet des interprétations originales, mais également de pouvoir changer sa façon de jouer dans un même scénario. Pour exemple, nous avons eu un Blob qui a tenté de mourir à plusieurs reprises car son joueur voulait changer de personnage, un Lapin-garou trop mignon qui est devenu maire du village de zombies, un Golem d’os qui s’amusait à écraser tout ce qu’il rencontrait, un alchimiste skaven tué par un échec au test de magie de son collègue Clerc Obscur et j’en passe. Tout ça en une seule séance. Vraiment très très bien. A noter que pour l’immersion, j’avais préparé toute une série de représentation de ces créatures, afin que tout le monde puisse imaginer la même chose.

Les retours des joueurs sur le système de jeu et l’univers étaient très positifs et unanimes. Le tout tourne vraiment bien. A noter quand-même qu’il s’agit d’un jeu parfait pour du one-shoot parodique ou de l’initiation au jeu de rôle. C’est pour moi un jeu qui a tout à fait sa place dans une bibliothèque de rôlistes actifs ou de club et qui sera régulièrement sollicité.

Catégories: divers autour du jeu de rôle | Laisser un commentaire

LES 3 LOIS – Recueil de scénarios

En route pour un scénario supplémentaire les Oubliés de Ciddyr.

  • Une partie rapide à animer pour une demi-journée de 3-4 heures ou une journée complète de 8 heures.
  • Facile à prendre en mains par un MJ.
  • Médiéval fantastique ou science fiction
  • A un budget, frais de port compris très abordable
  • Alors ce recueil est fait pour vous.

Avec l’Association Nickel qui organise, depuis 2007, le Festival du Jeu de Rôle de Kaysersberg Vignoble (Haut-Rhin, Alsace) nous avons décidé pour ouvrir le JdR au plus grand nombre, d’organiser un concours d’écritures totalement gratuit et ouvert à tous. Après 2 mois de sélection, des semaines de relectures par les 7 membres du Jury nous vous proposons LES 3 LOIS

Déjà financé, la prochaine étape est de rajouter au recueil un scénario complémentaire de près de 8h de jeu : Les Oubliés de Ciddyr.

Les frais de port sont inclus pour la France, mais si vous avez la chance de passer nous voir au 14e Festival du JdR vous pourrez rencontrer et échanger avec les auteurs ou l’illustrateur Cyril pour qu’ils partagent avec vous leur expérience.

Cyril, justement est Jeune Talent du 46e Festival de la BD d’Angoulême. Il a su à mon sens illustrée une fenêtre vers chacun des scénarios. Chaque illustration représente une scène ou la métaphore d’une pensée de l’auteur.

Le Recueil est ici sur Way Of Gamers, à vous d’y inscrire d’autres succès.

Christophe

Catégories: divers autour du jeu de rôle | Laisser un commentaire

Ce soir on joue Chinois ! WULIN

Les éditions du troisième œil connues sous l’acronyme LETO proposent depuis quelques jours un financement participatif pour une double extension pour un jeu aussi méconnu que remarquable, à savoir WULIN.


https://fr.ulule.com/jiang-hu-tomes/

WULIN n’est pas une énième version d’un univers japonisant, il s’agit d’un jeu de cape et d’épée dans lequel les joueurs incarnent des héros dans un esprit très proche de celui des « Trois Mousquetaires » d’Alexandre Dumas. Les personnages sont des héros voire des légendes et plus ils seront héroïques plus leurs possibilités d’actions seront nombreuses.


L’auteur Nicolas Henry est un sinophile diplômé (master de Chinois) qui maîtrise son sujet à la perfection et nous a proposé un jeu aussi intéressant qu’esthétique.
Il vous en parlera d’ailleurs bien mieux que je ne saurais le faire :
https://youtu.be/PLbUNvijQVg

Dans l’interview l’auteur vous présente la première édition de Wulin, mais entre temps une seconde édition est sortie (édition du Lotus Pourpre) qui a été élue meilleur jeu de rôle 2015 par les équipes de Sci-Fi Universe.
Cet ouvrage d’un grand esthétisme est d’ailleurs en rupture de stock car il a été victime de son succès.


Vous me ferez remarquer et à juste titre, «Pourquoi faire de la promotion pour des suppléments pour un JDR dont le livre de base est épuisé ? » et vous auriez raison…

…si ce n’est qu’une réédition augmentée des dessins de Felix Ip (Auteur de Manga de Hong Kong) dont vous pourrez admirer le travail ci-dessous :
https://www.manga-news.com/index.php/auteur/interview/IP-Felix

…est proposée à la précommande depuis cet après midi pour 30€ au lieu de 40€. Pour l’instant on ne sait pas encore si l’ouvrage sera disponible en boutique…

Le nouveau visuel de la gamme pour le moment exclusivement disponible à la précommande.


Rôliste depuis plus de trente ans, je sais qu’un JDR touche autant son public par son fond que par sa forme et là j’ai eu un vrai coup de cœur.

L’ouvrage est très beau, le papier est glacé et en couleur, la reliure est cousue, la couverture est cartonnée, les illustrations sont vraiment très belles et donnent envie de lire et de relire.
Le format est celui des romans « haut de gamme » (pas celui des livres de poche) et permet de le transporter très facilement pour le lire dans le bus …ou dans le lit, sans être gêné ni par son poids ni par ses dimensions.


Comme le dirait ma fille de dix-sept ans, j’ai eu un véritable « crush » pour ce livre…et elle aussi d’ailleurs parcequ’elle me l’a piqué pour le montrer à ses copines…je vais de ce pas le récupérer.
…mon précieux…

Catégories: divers autour du jeu de rôle | Laisser un commentaire

Devenir MJ rémunéré

Depuis quelques temps, on voit souvent fleurir des annonces de Maitres du Jeu qui se demandent si c’est possible de se faire rémunérer pour leur passion. Bien que ça ne soit pas encore une chose courante en France, certains ont décidé de se lancer avec un concept encore plus particulier. Initier nos bambins au Jeu de Rôle. Et vous savez quoi ? Ca marche !
Voici quelques questions que j’ai posé à Thomas pour en savoir plus.

– Comment avez-vous eu l’idée de proposer du JDR aux enfants ?
J’ai travaillé en accueil périscolaire pendant 5 ans et il y avait beaucoup d’enfants « terribles ». Des enfants que nous devions souvent faire asseoir pour les calmer. Du coup je me suis dit que vu qu’ils étaient assis à une table, pourquoi ne pas les occuper pour leur apprendre à se canaliser et s’écouter. C’est là que j’ai tenté l’expérience du JDR. Vu que ça fonctionnait pas mal, j’ai pensé à le proposer à domicile.

– Avez-vous rencontré des difficultés au début ?
Non pas du tout. Les enfants ont toujours été très réceptifs et ils aiment les scénarios que je leur propose.

– Comment vous faites-vous connaitre ?
Ca a commencé avec le bouche à oreille. Après les parties, les enfants en parlent avec les parents et ces derniers viennent me voir pour en discuter.

– Etes-vous à votre compte ?
Oui. Je suis déclaré à l’URSSAF en tant qu’animateur de divertissement à domicile. Maître du Jeu, ça n’existe pas.

– Faites-vous ça souvent ? Etes-vous très demandé ?
Actuellement, je tourne à 2/3 animations par mois. Vu que j’ai mon travail à côté et ma vie de famille, ça me laisse du temps pour préparer mes séances et proposer de la qualité.

Quel nombre maximum d’enfants prenez-vous par séance ?
Je ne prends jamais plus de 8 enfants pour qu’ils puissent avoir une bonne expérience de jeu.

Quelle tranche d’âge faites-vous jouer ?
Jusqu’à présent, j’ai fais jouer des enfants qui avaient entre 5 et 13 ans.

– Et les parents derrière tout ça, ils en disent quoi ?
Ils apprécient de voir leurs enfants jouer ensemble sans écran. Il arrive même que certains me demandent de rajouter de la difficulté pour leur montrer que tout ne peut pas être tout le temps facile.

– Quel matériel utilisez-vous pour mener vos parties ?
Le matériel classique de JDR. Des sets de dés, des fiches personnages et j’ajoute une enceinte pour mettre une petite ambiance sonore. Ca aide les enfants à jouer leurs personnages.

– Quels univers avez-vous déjà fait joués ?
En principe, je m’adapte à tous les thèmes que les enfants me demandent. J’ai déjà fait du Minecraft, Fortnite, Zombie, Héro Kids et encore bien d’autres.

– Quel système de jeu utilisez-vous pour que ça colle avec n’importe quel univers ?
C’est un système que j’ai inventé et qui, physiquement, ressemble à une manette de jeu. C’est simple et très facile à comprendre pour les enfants, quel que soit leur âge.

– Comment gérez-vous la mort des personnages ?
S’il y a un décès et que les enfants sont « inventifs », il est possible de faire revenir le personnage. Après, ce n’est pas un tabou de dire qu’un PNJ est mort, il faut juste ne pas entrer dans les détails. Et pour les plus petits, je me contente de dire qu’ils sont évanouis.

-Vous arrive-t-il de faire du JDR avec des adultes ?
J’en fais un peu avec des amis mais je préfère masteriser pour les enfants.


Merci à Thomas d’avoir répondu à ces quelques questions. Vous pouvez le suivre et l’aider à se faire connaitre sur sa page Facebook ainsi que via son site.

Catégories: divers autour du jeu de rôle | Laisser un commentaire

Actual Play à Lyon et sur Twitch le 11 février à partir de 20h !

Quatre barmans de différents bars à jeux de Lyon se rejoignent le 11 à 20h pour une partie de Jeu de Rôle retransmise en direct dans leurs bars : Le Shrubbery, L’Aténium, Le Barnadé et Les Arpenteurs.  

Si vous n’êtes pas à Lyon vous pouvez également suivre leurs aventures sur notre chaîne Twitch : https://www.twitch.tv/openera

Cette partie sera déroulera sur Spirit Of Adventure, l’application sur laquelle nous travaillons depuis plusieurs mois :D. Celle-ci, dans sa version actuelle, vous permet de créer simplement des fiches personnages et des scénarios. Vous aurez aussi accès à plateaux de jeu avec des déplacements en temps réel. 

Spirit Of Adventure a pour but de devenir une table augmentée pour Jeux de Rôle accessible à tous. En effet, elle sera multi-licence et vous permettra de vivre vos scénarios d’une nouvelle manière !

Votre MJ aura accès à une bibliothèque d’effets permettant d’augmenter l’immersion de ces joueurs (sons d’ambiance, effets lumineux, vibrations, …) ou bien mettant à disposition des éléments accompagnant votre histoire (puzzles, animations d’objets 3D, gestion automatique des coffres …). 

Pour en savoir plus sur cet évènement : https://www.facebook.com/events/635293903888251/

Ludiquement,

L’équipe Open Era

Catégories: divers autour du jeu de rôle | Laisser un commentaire