browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

J’ai testé pour vous Stella Nova : Compte rendu de Partie par Alexis O’Neil

Posted by on 8 avril 2014

stella nova logo

COMPTE RENDU D’UNE PARTIE DE STELLA-NOVA.

Par Alexis O’Neil.

ATTENTION, SPOILER POTENTIEL !

 

Voici le compte rendu de « Manger cinq Alimiques par jour », le scénario que Sébastien Perles a créé pour faire découvrir Stella-Nova lors des conventions. Il sera également offert à tous les souscripteurs du jeu.

J’ai deux visions de ce scénario: je fus d’abord joueur sur une table lors de la convention chambérienne « Montagne de jeux » et comme le jeu m’a plu, j’ai souhaité par la suite le maîtriser lors du Salon du jeu de Limoges. Dans la mesure où vous savez déjà que jouer à Stella-Nova c’est très sympa (du fait des avis d’autres joueurs et joueuses), je m’attacherai à l’aspect MJ. Disons le tout net: ce scénario est dirigiste. Mais c’est normal: il s’agit d’un scénario calibré pour les conventions. Donc, un one-shot qui se doit de respecter des contraintes temporelles plutôt strictes. De plus, il est prévu pour 4 PJ, activement impliqués dans l’histoire. J’entends par là que chaque personnage a sa raison d’intervenir, soit parce qu’il est directement impliqué, soit parce qu’il est intimement lié à un autre PJ.

– Vektor (ou Vektoria, elle se reconnaitra !) est un citoyen d’honneur rationaliste (scientifique) qui est un génie en mécanique. Il est accompagné d’un automate de sa fabrication : j’ai eu un automate rembourré rattrapeur de chute et un gros lynx ainsi que, par le RP des joueurs incarnant Vektor, un papillon, une carpe et un passe-plat automates.

– Camille, une citoyenne virtuose (pilote) et chasseuse d’artefacts qui peut partir dans l’espace à l’aventure.

– Tell, un maitre d’escrime citoyen très a cheval sur son honneur.

– Liberté (oui, comme la station), citoyen, joueur, dragueur et belle (grande) gueule.

Chaque personnage peut être féminisé ou masculinisé.

 Sn illustration 1

Une image des jardins de la Respublica ou vit Vektor(ia) (citoyen d’honneur oblige !) et ou se déroule le début de la partie.

 

L’histoire commence quand le groupe revient d’une chasse pour le compte de Théophile Augereau. À peine sortent-ils de la nef de Camille qu’ils sont (ac)cueilli par un comité armé mené par un gros et gras (il mange trop de véritable nourriture) Théophile rayonnant qui arbore un sourire triomphant ainsi que le contrat de Camille. Celle-ci s’est faite avoir dans les grandes largeurs puisque non seulement Théophile récupère gratuitement l’artefact mais il a également hypothéqué la nef de Camille et il annonce, en plus, que celle-ci lui est maintenant redevable d’un million d’assignats, soit deux galions (croiseurs de combats si vous préférez) ! S’ensuit quelques jours d’angoisse, pendant lesquels une de mes Vektoria est allée voir son grand-frère (le dirigeant de sa famille et chef d’un parti politique) pour négocier avec lui un rachat de l’hypothèque de la nef. Puis, le cousin de Tell, Lucas (un détective à la réputation d’efficacité, d’honnêteté et de neutralité sans tâche) leur propose de remplir un contrat de la Convention Nationale pour lui rt en échange de quoi il leur fournira l’emplacement d’un autre artéfact. La mission est simple: retrouver l’actuel propriétaire d’une des douze usines d’alimiques (petit cachet nutritif fabriqués grâce aux cadavres), actuellement à l’arrêt, et de lui faire signer un contrat de cession de l’usine au profit de la Convention Nationale pour qu’elle puisse la faire redémarrer et ainsi limiter la famine naissante à cause de cet arrêt brutal (oui, enfin, ca c’est la propagande officielle, non ?).

Je vais éviter d’entrer dans les détails, pour limiter le spoil: au fur et à mesure de leur enquête, les PJ sont entraînés dans une émeute et ils constatent que les « cadavres » ne sont ni forcément mort, ni forcément près de l’être quand ils arrivent aux usines de recyclage. Ils se retrouvent mêlés à des luttes de pouvoirs et de magouilles pour, finalement, participer à une véritable révolution dans les habitudes alimentaires des libriens…

 

Comme je l’ai dit plus haut, j’ai fait jouer ce scénario au salon du jeu de Limoges. Deux fois de suite. Je le dis car c’est la première fois en 16 ans de jdr et de meujeutage que je fais jouer deux fois le même scénario, à fortiori, de suite. Et malgré ce que je craignais, je me suis amusé les deux fois. Bien que tordu, l’univers de Stella-Nova est relativement facile d’accès et son système simple à mettre en place et à expliquer. Cela fait que SN est aisé à prendre en main pour un MJ (même débutant, je pense) tout comme à expliquer. J’ai très peu eu besoin de répéter les choses, tant au niveau du bg que du système, et les deux parties ont donc coulées d’elles-mêmes.

Le scénario, quant à lui, offre une découverte sommaire mais immersive des différentes parties de la station monde: l’enquête mène les PJ des quartiers huppés des citoyens d’honneur aux bas-fonds negentem en passant par les coursives propres mais austères des quartiers des citoyens.

 Sn illustration 2

Les Bas-Fonds lors d’une émeute ! (mais quelle émeute ? Ca n’existe pas !)

 

Selon les actions des PJ, il est même possible d’aller faire un tour dans l’espace (pas à mes tables mais à celle où j’étais joueur, ce fut le cas). Selon les actions des PJ et, surtout, les décisions des PJ, les combats sont totalement évitables. Ce scénario, bien que permettant une découverte non-exhaustive de la station, peut se terminer par un changement drastique du petit bout d’univers représenté par Liberté. Quoi qu’il en soit, faire jouer ce scénario m’a confirmé que SN dispose d’un potentiel énorme et m’a conforté dans mon envie de voir ce jeu édité et dans celle de faire en sorte qu’il le soit ! Je n’ai absolument pas regretté de faire 13h de route aller-retour pour (principalement mais pas uniquement) faire découvrir Stella Nova aux limougeauds.

 

Pour souscrire : http://fr.ulule.com/stella-nova/

Sn illustration 3

 

Rôliste depuis 16 ans, fan des univers atypiques et des systèmes de jeu bien intégrés à leur jeu, j'ai beaucoup de mal avec le médiéval-fantastique et ne supporte que très difficilement les systèmes de jeu génériques. Mon jeu favori ? Humanydyne.

3 Responses to J’ai testé pour vous Stella Nova : Compte rendu de Partie par Alexis O’Neil

  1. derynnaythas

    ma foi, cela m’a l’air intéressant comme jeu, mais je n’arrive pas trop à savoir si ça se rapproche de Paranoïa ou d’un bidule du genre SLA…

  2. Dampyre

    Je ne suis pas sur de ce qu’est SLA (SLA Industries ?) mais du point de vue des negentem, on est effectivement pas loin de Parano. Chose que l’on ne voit pas dans ce CR, l’univers est loin de se limiter à Liberté. C’est juste que, rien que la, il y a beaucoup à faire. De ce que j’ai vu de l’univers, on peut envisager plein de type de jeu: enquête, politique/diplomatie, exploration. Je suis sur qu’on peut virer horreur (genre, un huit clos avec un automate fou) et mélanger le tout. En fait, même si SN a clairement quelques inspirations, il ne fait pas partie de ce jeu qui ne sont que des variations (parfois très réussies, hein) sur un autre jeu. SN, c’est SN…

  3. Liufeng

    Salut kerlaft… jai lu ta critique de Stella nova et tu m’as convaincu… mais ja pas de tunes loose. Du coup jespere quil trouvera son succes et je le prendrais le mois prochain.Sinon bonne continuation mon pote. Liufeng

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading Facebook Comments ...

No Trackbacks.